Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les pseudo-médecines

Lutter contre la desinformation en matière de science et presenter la réalité des principales medecines non conventionnelles

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Le hasard fait bien les choses ! Enfin, du moins c'est ce que l'on dit, car pour ma part je pense plutôt que le hasard fait les choses… par hasard.

Enfin bref !

Ce matin je suis tombé sur un site de formation qui m'a laissé pantois.

Sur la première page et dès la première ligne, on pouvait lire : «Le terme “psychopraticien” est un nom de métier qui succède à l’ancienne appellation “psychothérapeute” avant que celle-ci ne soit devenue un titre réservé ».

En fait ce site explique très clairement que le titre de psychothérapeute étant maintenant soumis à la législation et à certaines conditions d'utilisation, il suffit de trouver une autre appellation et qu'on peut ainsi continuer comme par le passé.

Dans ma grande naïveté, j'avais pensé qu'avec la loi, le problème était maintenant résolu. Hélas, c'était sans compter avec l'imagination toujours fertile de ceux qu'ils prétendent dispenser des formations qui n'ont de valeur que pour eux-mêmes.

Je m'étais évidemment promis de vous en parler et d'attirer votre attention sur ce phénomène et ses effets pervers. Le danger est toujours là !

Or, par hasard justement, il se trouve que j'ai reçu cet après-midi un courriel de Guy Rouquet président de « Psychothérapie vigilance » qui m'informait qu'il venait de mettre en ligne un article sur le même sujet.

Comme il est beaucoup plus compétent que moi dans ce domaine, je vous conseille vivement de vous y reporter.

http://www.psyvig.com/default_page.php?menu=1&page=50

N'hésitez pas à faire circuler l'information. Facebookez- là, Twittez-là, mais surtout prenez-en connaissance et … méfiez-vous !

Commenter cet article

Baudouin Labrique 23/09/2011 10:39


Voici ce que j'avais écrit dans mon libre à ce sujet :


« Usage abusif des termes de thérapeute et praticien

L’utilisation de l’appellation de thérapeute ou praticien (1) en telle approche constitue un détournement abusif de titres : l’adjonction d’une quelconque spécialité à de tels termes, comme par
exemple, dans le problématique libellé de thérapeute ou praticien en décodage biologique (2) …

Pour remédier à une telle situation, il me semble qu’il est inutile de vouloir légiférer la psychothérapie en se confinant à protéger le titre de psychothérapeute ; Sandrine Mathen, analyste au
Ciaosn (3) le préconise pourtant, croyant qu’on pourra ainsi « lutter contre les dangers que représentent ces spécialistes agissant au nom de la biologie totale », sous prétexte que rien ne les
empêchait jusque-là de « s’autoproclamer psychothérapeutes » (4) .

Ce qu’elle dit est en phase avec ce que relayent en chœur les médias ; pourtant, s’appelant thérapeutes ou praticiens en décodage biologique (5), ces derniers continueront à se nommer ainsi, même
si le titre de psychothérapeute devenait protégé. Rien ne sera vraiment résolu puisqu’ils pourront continuer à exercer dans les faits la psychothérapie.

C’est d’ailleurs ce qui se passe déjà en France suite à la promulgation du décret d’application de la loi réglementant le port du titre de psychothérapeute : l’appellation psypraticien ou
psychopraticien a vu le jour très rapidement (6), offrant de continuer à exercer dans les faits la psychothérapie, en échappant donc aux dispositions très controversées du décret.

Il faudrait plutôt protéger les titres de thérapeute et de praticien, en réservant strictement leur usage à ce qui leur est dévolu traditionnellement, évitant ainsi d’induire les gens en erreur ;
il faudrait aussi obliger tout accompagnant sur le plan psychologique à respecter un code pointu de déontologie (7).
Les observations précédentes révèlent déjà des sources de dérives : en se proclamant par exemple, thérapeutes ou praticiens en tel ou tel domaine, certains croient pouvoir s’affranchir du respect
des règles de déontologie propres à la psychothérapie qu’ils pratiquent pourtant dans les faits. »

(1) Ceux qui en font un usage abusif pratiquent dans un domaine qui n’a fait l’objet, la plupart du temps, d’aucune étude sérieuse, ne fût-ce qu’empirique, comme par exemple dans le cas de la
Germanique Nouvelle Médecine et de la Biologie Totale (abordées dans les chapitres 6 et 7).
(2) infra p. 92.
(3) Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaire nui-sibles (http://www.ciaosn.be).
(4) http://www.ccmm.asso.fr/spip.php?article3031 .
(5) Point développé infra p. 92.
(6) Le décret d’application de la loi relative à l’usage du titre de psychothérapeute a été publié le 20 mai 2010 au Journal Officiel.
(7) L’auteur du présent livre projette de faire avancer la législation belge sur ces points.


Articles récents

Hébergé par Overblog