Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les pseudo-médecines

Lutter contre la desinformation en matière de science et presenter la réalité des principales medecines non conventionnelles

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Le Père Noël existe!

J'en suis sûr maintenant, car il a déposé dans mes souliers 2 cadeaux qui m'ont fait le plus grand plaisir :

- La Cour de justice européenne vient de rendre un verdict indiquant que le financement de l’obligation d’achat de l’électricité provenant de l’énergie éolienne, à un tarif bonifié, doit être considéré comme une intervention de l’État. Ce qui signifie que le financement à ce tarif est en réalité une taxe qui est acquittée par tous les consommateurs d'électricité. Il est donc tout à fait probable que le Conseil d'État procédera rapidement à une annulation de ce tarif bonifié.

Ma facture d'électricité va baisser. Merci Père Noël !

- La Cour des Comptes a récemment recommandé au gouvernement d'abandonner le soutien au solaire photovoltaïque intégré au bâti et la révision des moyens attribués au développement global de la filière. On sait que le soutien au développement de la filière photovoltaïque revient plus cher, à cause des obligations d'achat, que le prix de vente publique de l'électricité. C'est donc une fois de plus le consommateur qui est pénalisé.

Il semblerait qu'on s'oriente vers une autoconsommation de l'énergie solaire, solution que tout élève n'ayant pas "séché" les cours de physique comprend parfaitement puisque, de cette manière, on réduirait le coût énergétique du transport de l'électricité.

Ma facture d'électricité va encore baisser. Merci Père Noël !

Il faut ajouter que le Père Noël n'étant pas une « ordure », contrairement à ce que certains affirment, ces mesures auront, en plus, un effet positif pour la planète, puisse qu'il ne sera plus nécessaire de développer  des centrales à énergies fossiles pour lisser la consommation de ces énergies essentiellement transitoires.

Merci pour la planète !

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

La fin de l'année est, nous le savons, le moment où s'effectuent des synthèses, des résumés, des retours en arrière.

J'emprunte une partie du titre et les grandes lignes de cet article à l'excellent papier publié par Anne JEANBLANC sur le site lepoint.fr.

J'incite tous les lecteurs à se reporter à l'article initial plus détaillé, dont le lien se trouve en bas de page "*".

Après avoir signalé que la grande nouveauté était incontestablement "la première implantation d'un coeur artificiel définitif", la journaliste répertorie ce qui lui semble être les meilleures avancées médicales de l'année.

Il s'agit de :

1 - La première implantation mondiale d'un larynx artificiel réalisée en France en juin 2012.

2 - Un stimulateur cardiaque dépourvu de sonde, implanté pour la première fois chez un malade français en novembre dernier au CHU de Grenoble.

3 -Une méthode bon marché, donc accessible aux pays en voie de développement, du dépistage d'un cancer du col de l'utérus qui vient d'être validée.

4 - Un brevet français vient d'être déposé qui donne un espoir de venir définitivement à bout du redoutable HIV.

5 - La radioembolisation, à l'essai dans une vingtaine d'établissements français pour soigner des personnes atteintes d'un cancer du foie.

6 - Le Neurogel, une substance conçue pour être implantée dans la moelle épinière et qui permettrait de rétablir la connexion entre le cerveau et les membres inertes.                   

7 - La confirmation de l'importance microbiote (les cent mille milliards de bactéries qui prospèrent dans nos entrailles).

8 - Les cellules souches du sang qui assurent le renouvellement continu de nos cellules sanguines, mais sont en plus capables de produire, à la demande et en urgence, les globules blancs qui aident l'organisme à faire face à une inflammation ou une infection.

9 - Un nouveau mécanisme de régulation de l'appétit qui vient d'être découvert et ouvre une piste prometteuse pour le traitement de l'obésité et celui de l'anorexie.

10 - L'identification d'un marqueur présent dans le sang qui permettra de prédire un accident vasculaire cérébral et peut-être aussi d'évaluer le risque d'infarctus.

Cet inventaire n'est-il pas le meilleur argument que l'on puisse opposer à ceux qui, en permanence, critiquent la médecine « scientifique », qu'ils qualifient de « dure » ou de « scientiste ».

Alors, qu'en est-il des médecines postmodernes ? Quelle a été leur influence sur la santé ?

On a beau fouiller les bases de données médicales, torturer Medline ou tenter de faire parler le British médical journal et le Lancet, rien ne ressort dans ce domaine.

Par contre, on peut dire que la palme de la nuisance revient aux campagnes anti-vaccination de ces partisans des médecines non conventionnelles.

On constate en effet le risque de renaissance de maladies disparues dans nos contrées (rougeole, oreillons, rubéole), une sous protection contre la grippe saisonnière (prenez plutôt le vaccin homéopathique...), et la disparition de l'espoir d'éradiquer un jour ce fléau qu'est la poliomyélite.

Il est malheureusement à craindre que l'introduction de ces médecines dans les milieux hospitaliers par le biais de médecins naïfs, interessés ou incompétents, risque de nous préparer pour 2014 un « palmarès » encore plus tragique.

      * http://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/les-10-avancees-medicales-de-2013-26-12-2013-1774325_57.php

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Le doyen des médecins sommé par l'Ordre de la mettre en veilleuse

 14/12/2013
  Imprimer  Envoyer par email
 
Le Dr Le Men, médecin depuis 1949. - Crédit photo : Olivier Quarante

« Le plus vieux médecin de France » prié de ne plus s'exprimer publiquement... En voilà une drôle d'histoire. Le 27 mai dernier, « le Quotidien » publiait un portrait du Dr François LeMen, intitulé « Médecin de famille depuis 13 lustres ». Témoin rare de l'évolution du métier, le médecin de 91 ans y racontait son parcours exceptionnel  : installé depuis 1949 à Callac, dans les Côtes d'Armor, aucœur d'une Bretagne rurale, le Dr Le Men cumulait 64 ans de pratique médicale.

Début décembre, la rédaction du « Quotidien » renoue le contact avec lui. Mais, à l'autre bout du téléphone, le médecin est désolé, il n'est pas en mesure de nous répondre. « Je ne peux pas. J'ai reçu un courrier en juillet de la part de l'Ordre pour me demander de refuser toute interview », explique-t-il....

Lire la suite sur:

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/exercice/le-doyen-des-medecins-somme-par-lordre-de-la-mettre-en-veilleuse#.UqwSm606YfA.twitter

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Dans son rapport «Remarques et propositions sur les structures de la recherche publique en France » de septembre 2012, l’Académie des sciences avait attiré l’attention des dirigeants de notre pays sur la faiblesse des crédits dits « récurrents » dans les laboratoires des universités et établissements de recherche. Cette diminution constante, engagée depuis de nombreuses années, n’est nullement compensée par la politique de financements sur projets que l’Académie avait par ailleurs soutenue. En effet, on assiste parallèlement à une forte diminution des crédits de l’ANR qui impacte sévèrement les « projets non-thématiques » (projets blancs) qui constituaient une source importante de financement pour les chercheurs souhaitant s’engager dans des recherches originales, très en amont des recherches thématiques définies par des comités ayant tendance à financer l’existant et donc à le reproduire.

Les restrictions apportées mettent directement en péril la vie d’équipes et de laboratoires qui ont mis du temps pour s’établir et atteindre souvent le meilleur niveau international. On risque de se retrouver dans la situation où de très nombreux chercheurs, ingénieurs, et techniciens recevront leur salaire et n’auront plus les moyens pour exercer leur activité. Une situation d’autant plus grave que l’on sait par expérience qu’un coup de frein important, même transitoire, donné à la recherche, a des effets néfastes importants pour de nombreuses années. La masse salariale est difficilement compressible, d’autant plus qu’il faut créer de nouveaux postes attendus par les jeunes générations. Néanmoins, les crédits des laboratoires ne doivent pas servir de variables d’ajustement.

Toute la communauté scientifique est touchée par la diminution des crédits, avec une acuité particulière pour les chercheurs dont les travaux de grande qualité ne sont pas appréciés à leur valeur par les comités de sélection des appels à projets, soit par limitation des enveloppes budgétaires, soit par rejet des recherches « hors-mode ». Le problème est particulièrement grave pour les jeunes qui, après avoir été recrutés selon un processus extrêmement sélectif, se retrouvent sans crédits de recherche pour débuter des travaux originaux leur permettant d’accéder ensuite à des financements sur projet au niveau national ou européen. Ceci conduit les meilleurs de ces catégories de chercheurs à rechercher un départ vers des universités et des laboratoires étrangers, ou pire les laissent en proie à un désarroi néfaste pour l’ambiance des laboratoires et trop souvent à un fort ralentissement de leur activité de recherche.

L’Académie est consciente des efforts à faire pour assurer l’équilibre économique du pays dans la situation de crise actuelle. Néanmoins, elle insiste sur la nécessité impérieuse de « sanctuariser » la recherche. Les sommes nécessaires ne sont pas considérables par rapport aux autres secteurs de dépenses, et des restrictions comme celles qui ont déjà été faites ou qui sont envisagées auraient des conséquences à moyen et long termes beaucoup plus graves que dans d’autres domaines en raison de l’impact de la recherche et de l’innovation au niveau éducatif et économique pour le pays.

Une recherche de haut niveau est le meilleur espoir du redressement de notre économie.

12 décembre 2013

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Une étude, publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases a comparé, pendant 4 ans, l'efficacité de la vitamine D à celle d'un placebo pour prévenir les infections des voies respiratoires supérieures et les syndromes de grippe et de rhume qui leurs sont associés.

Judy R. Rees du Dartmouth-Hitchcock Medical Center et ses collègues ont mené cette étude avec 759 personnes en santé, âgées  de 45 à 75 ans, qui ont été assignées au hasard è l'un de 4 groupes prenant une dose quotidienne de 1000 unités, 1, 200 mg de calcium, la vitamine D avec le calcium ou un placebo.

Resulat: il n'y avait aucune différence significative entre les groupes dans la durée de l'infection ou de la gravité des symptômes et Il n'y avait pas de différence entre les groupes pour ce qui est de la sévérité des symptômes.

La chercheuse qui à mener l'étude précise qu'elle a été menée avec un grand nombre de participants que la méthodologie de collecte des données était rigoureux et que les participants prenaient bien leurs comprimés.

Ceci donne une force considérable à cette étude qui va à l'encontre de plusieurs études "observationnelles".

Ceci n'est pas sans nous rappeler la fameuse étude "observationnelles" qui montrait que les femmes qui utilisaient de la crème solaire avaient plus de cancers de la peau. En fait, cette corrélation était due au fait que ce sont les femmes qui utilisent le plus de crème solaire qui s'exposent le plus au soleil, vrai responsable de ces cancers.

Dans le cas présent, il est probable que c'est le mode de vie qui est la cause cette corrélation.

 

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

Il y a vraiment des jours fastes ou l'actualité nous donne l'occasion de rire un peu.

Comme on le sait déjà depuis quelques jours l'étude de Gilles-Eric Séralini et coll.  sur les effets du maïs transgénique a été retirée de la revue dans lequel elle avait été publiée, ce qui efface ainsi de la littérature tous les résultats présentés.

Joli  camouflet!


Comme on pouvait s'y attendre, les auteurs de l'étude ont évidemment réagi et évoqué la théorie du complot en dénonçant « notamment l'influence des groupes de pression sur la question des OGM.

Dans une lettre qu'il a adressée aux auteurs de l'étude, le rédacteur en chef A. Wallace Hayes de la revue revue Food and chemical toxicology indique qu'il n'y a eu « ni fraude ni mauvaise interprétation des données ». Il indique juste que les auteurs de l'étude ont utilisé une variété de rats inadaptés et en trop petit nombre pour qu'on puisse en tirer des résultats valables.

Il apparaît donc que les « chercheurs » en question ont travaillé de manière satisfaisante… après avoir fait des choix qui leur permettaient d'obtenir les résultats qu'ils cherchaient.

 Le Dr Joël Spiroux de Vendômois, coauteur de l'étude, et Président du Committee for Research and Independent Information on Genetic Engineering (CRIIGEN), a d'ailleurs fait savoir que si jamais la revue persistait à retirer cette étude, ils engageraient un avocat pour demander réparation.

Chiche !


Il faut noter que la compétence scientifique du Docteur Joël Spiroux de Vendômois ne saurait être contestée lorsqu'on apprend qu'il est : médecin généraliste, diplômé en acupuncture, homéopathie, ostéopathie, écologie humaine et en médecine traditionnelle chinoise. Avec de telles références comment sa parole pourrait-elle être mise en doute.

Comme on le voit, ceux qui croient au délire des hautes dilutions et à la mémoire de l'eau osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît ! (En hommage à Michel Audiard)

Ref: http://www.medscape.fr/oncologie/articles/1599853/;jsessionid=AA3FF2F932FE7463B86F2AFA1833A055

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Jean Brissonnet
Publié dans : #Au fil du temps

J’en parle dans mon dernier livre, mais c'est peut-être encore pire que je le pensais.

Et si je m'offrais une petite étude clinique contrôlée sur les vertus de l'acupuncture dans le traitement de la malhonnêteté intellectuelle…

Qu'en pensez-vous ?

 

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/12/01/un-scandaleux-marche-noir-de-la-science-en-chine/

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog