Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les pseudo-médecines

Lutter contre la desinformation en matière de science et presenter la réalité des principales medecines non conventionnelles

Publié le par Jean Brissonnet

Les députés ont voté mercredi matin en commission un amendement présenté par Madame Annie LE Houerou (députée PS) qui stipule que dans les zones denses, un jeune médecin ne pourra s'installer en étant conventionné à l'assurance maladie que lorsqu'un médecin libéral de la même zone cessera son activité.

Cet amendement est une timide avancée vers la résolution du problème des déserts médicaux

Comme on peut le voir, ceci ne résoudrait en rien le problème de fond puisque les régions sur médicalisé le restauraient et que les citoyens seraient encore très loin de disposer, quel que soit leur lieu de résidence d'un égal accès aux soins.

Avouons quand même que cette députée fait preuve d'un certain courage.

Bien entendu, le Conseil de l'Ordre des médecins a immédiatement poussé des cris d'orfraie. Il publie dans le Figaro un article dont il serait trop long de dénoncer ici toutes les contrevérités et les affirmations de défense catégorielle.

C'est pourquoi, pour ceux qui n'auraient pas mon  dernier livre ,je livre ci-dessous, avec la générosité qui me caractérise, le passage dans lequel je traitais justement le problème de la démographie médicale.

-------------------------

Il existe de nombreuses classifications professionnelles. Elles prennent en compte des éléments extrêmement divers et ne permettent pas d'établir des caractéristiques claires. En fait, si l'on veut raisonner simplement, les professions se distinguent par deux facteurs : d'où vient la rémunération et où se trouve le lieu d'exercice.

En ce qui concerne la rémunération, l'ensemble des travailleurs peut être séparé en trois catégories :

- Les professionnels indépendants qui tirent leurs revenus des produits qu'ils vendent ou des services qu'ils fournissent. C'est le client qui rémunère le professionnel sur ses fonds propres. On y trouve aussi bien le charcutier, que l'avocat ou l'architecte. Le lieu d'exercice est le fruit de l'offre et de la demande. C'est ce qui explique, par exemple, la disparition des commerces de proximité dans les petits villages.

- Les salariés qui reçoivent une rémunération fournie par un employeur. C'est le cas de tous les employés de l'industrie, du commerce ou de l'agriculture. Le lieu d'exercice est tout simplement déterminé par l'endroit où le travailleur trouve un emploi conforme à sa qualification.

- Les fonctionnaires et tous ceux qui peuvent leur être assimilés, c'est-à-dire tous ceux dont les revenus proviennent d'un organisme collectif (État, collectivités territoriales, collectivités sociales). On y trouve bien entendu les militaires, les enseignants, mais aussi les pharmaciens propriétaires d'officines, dont le revenu provient des caisses de sécurité sociale ou des mutuelles. Ces travailleurs, du fait de la provenance de leurs revenus, remplissent une fonction de service public. De ce fait, le gendarme rejoint son unité sans discuter, le professeur est affecté au lycée où des élèves ont besoin de lui, quant au pharmacien, il ne peut ouvrir une officine que dans les lieux où le besoin s'en fait sentir afin d'assurer sur tout le territoire un accès égal aux produits de santé.

Dans quelle catégorie peut-on classer le médecin ? Il y a un siècle, il était incontestablement un travailleur indépendant. Il mettait ses compétences à la disposition des malades qui le rémunéraient personnellement pour ce service. Ce qui explique qu’à cette époque, beaucoup de citoyens pauvres, n'avaient que peu, ou même pas du tout, recours à ses services et que la localisation des médecins découlait (comme pour les boulangers) du jeu de l'offre et de la demande. Ce temps-là est heureusement révolu. Depuis la mise en place de la sécurité sociale et sa généralisation à l'ensemble de la population, la rémunération du médecin provient des caisses de sécurité sociale et des mutuelles (tout comme le pharmacien). On s'attendrait en échange à ce qu'il soit maintenant tenu de fournir un service public et donc d'exercer en un lieu qui permette l'accès aux soins égal pour tous les citoyens. Or il n'en est rien ! Contre toute logique, le médecin a gardé sa liberté d'installation, comme par le passé.

Face à cette anomalie, les gouvernements successifs ont tenté de restaurer le jeu de l'offre et de la demande en laissant de plus en plus de frais à la charge du patient par le biais de ce qu'ils appellent un « ticket modérateur ». Vu la modicité de cette charge pour la majorité des citoyens, le système ne fonctionne évidemment pas. Il ne pénalise que les plus modestes.

On comprend aisément que la perspective que soient mises en place, comme dans les autres pays, des « mesures contraignantes de régulation de la démographie médicale », soit mal perçue par les médecins. Est-ce une raison suffisante ? Les médecins constituent-ils une catégorie exonérée du droit commun ? Le militaire qui voit son unité affectée en Afghanistan n'obéit pas toujours de gaieté de cœur. Quant au jeune agrégé montpelliérain qui reçoit sa nomination pour Hénin-Beaumont, il est rare qu'il saute de joie.

Ajoutons que, selon certains, cette disparité dans la répartition géographique présente des effets pervers. Le jeune médecin naïf, cynique ou mal informé qui persiste à s'installer dans une ville surmédicalisée a de grandes difficultés à se créer une clientèle. Certaines mauvaises langues prétendent alors que pour y parvenir, il va parfois faire preuve d’une grande ouverture d’esprit en ce qui concerne les prescriptions de complaisance (séances de kinésithérapie, congés de maladie, cures thermales…). Nombreux sont les témoignages en ce sens, mais aucune statistique ne permet évidemment de faire la preuve d’un tel comportement. À moins bien sûr qu'ils ne se convertisse soudainement à l'homéopathie ou à la phytothérapie…

-------------------------

Face à un Ordre des médecins qui s'occupe moins de déontologie que de préserver les avantages acquis et de s'opposer à toute réforme de la médecine, il existe heureusement des praticiens lucides et novateurs.

C'est pourquoi je citerai ici (comme je l'ai fait lors de ma dernière conférence), la parole du professeur Guy Valencien qui écrit  dans un article paru dans les échos le 23 octobre 2015 et intitulé « pour une autre médecine »:

«Ne nous voilons pas la face : la médecine a perdu son caractère libéral depuis que la Sécurité sociale subventionne les médecins.

Une réforme profonde des études médicales intégrant ces nouvelles pratiques est nécessaire ainsi que d'autres modes de rémunération et une concentration des professionnels regroupés dans des maisons et centres de santé....

Il est urgent d'entreprendre cette mutation pour servir les malades et les blessés qui se confient à nous ! »

 


[1] Rappelons que l'ordre national des médecins a été fondé par le régime de Vichy afin de pourchasser les médecins juifs. De nombreux médecins dénoncent son opposition systématique à toute évolution de la médecine (voir le contre ordre)

Commenter cet article

rocket spanish 10/02/2017 07:16

Such a nice information about the miss world and the miss universe. I really like the way you did this all and have the best data that is hard find in one place.

marholyne 22/10/2016 11:18

les régions sur médicaliséES le restauraient

marholyne 22/10/2016 11:18

"les régions sur médicalisé le restauraient " ==> les régions sur médicalisé le restEraient

Labrique Baudouin 21/10/2016 08:08

Au risque de vous étonner, je trouve que les Conseil de l’Ordre montrent parfois leur utilité et pas là où on les attendait pourtant ; en effet, voici ce qu’a fait fait très courageusement observer la Commission d’Éthique du Conseil de l’Ordre de Côte d’Or dans son bulletin de Janvier 2007 : recadrant certains médecins qui enfreignent le code de déontologie, cette commission d’éthique rappelle que tout thérapeute doit respecter les choix thérapeutiques du patient et sans les critiquer ni les évaluer en tous cas négativement ;

« Les autres médecines manquent de ces références quasi mathématiques, mais se trouvent confortées par des références affectives ou historiques et par l’expérience humaine. Nous connaissons tous des malades nous ayant rapporté les succès de confrères pratiquant une médecine étrangère à nos pré requis.

Rejeter a priori ce qui nous est étranger confine à la discrimination. Ce n’est pas acceptable. Une attitude éthique consiste, soit à accéder à un savoir suffisant des préceptes régissant l’autre médecine, soit à adopter une politique tolérante vis à vis des principes que nous ne connaissons pas.
Dans les deux cas, il convient de ne pas déstabiliser le patient qui a ses propres repères et qui doit en tirer profit. »

Texte entier (copie écran) qu’il est recommandé de lire :
http://www.retrouversonnord.be/A_Medecines_mutliples_Devoir_Medical_Unique.JPG

Miastor l'Iconoclaste 21/10/2016 06:56

Rappeler systématiquement que l'Ordre a été créé sous Vichy, ne serait-ce pas du déshonneur par association ?
Depuis le temps, il est évident que vous avez une dent contre l'Ordre, mais cela justifie-t-il cette méthode ?

Articles récents

Hébergé par Overblog